Vous n'êtes pas enregistrer ?

Cliquez sur le bouton "s'enregistrer" pour avoir accès a toutes les catégories du forum et naviguer correctement !

L'administration du forum.



 
AccueilGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biographie de Yoko Ono.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Argos
Webmaster
Webmaster
avatar

Masculin Nombre de messages : 2184
Age : 22
Localisation : Penny Lane
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Biographie de Yoko Ono.   Dim 1 Nov - 20:49

Enfance


Yoko naît le 18 février 1933 à Tokyo dans une famille aisée de banquiers. Sa mère Isoko Ono était issue de la famille des banquiers Yasuda et son père Eisuke Ono travaillait dans une banque de Yokohama. Deux semaines avant sa naissance, son père fut nommé à un poste à San Francisco. Le reste de la famille suivra quelque temps plus tard. En 1937,
son père retourna au Japon et Yoko fut inscrite à la Peers' School, à
Tokyo, école réservée exclusivement aux enfants descendants de familles
aristocrates. Elle suit ainsi une éducation multiculturelle très riche.
Dès son plus jeune âge, elle doit fuir les bombardements
incessants de la capitale japonaise. Elle se réfugie avec ses parents à
la campagne où le luxe laisse place à la misère la plus totale, ce qui
forge très vite son caractère. Après la guerre, la famille émigre à New York. Yoko quitta le Japon pour rejoindre sa famille et s' inscrivit à l'université de Sarah Lawrence College. Tandis que ses parents approuvaient son choix d'entrer à l'université, ils furent néanmoins consternés par son style de vie.
Premiers pas dans le monde de l'art


Dès l'âge de 14 ans, Yoko se destine à l'art avec notamment l'écriture, montrant déjà une attirance très nette vers l'avant-gardisme, ce qui ne fait pas l'unanimité de ses professeurs. Elle fréquente le milieu théâtral, entamant aussi des études de philosophie. Elle suit de même des cours de lettres et de chant et découvre des compositeurs d'avant-garde comme Arnold Schönberg. Elle est alors très influencée par la Beat Generation (mouvement littéraire et culturel des années 1950) et adopte le style qu'on lui connaît : habillée de noir avec les cheveux lachés.
En 1956,
Yoko veut devenir cantatrice et faire carrière en Europe, une étrange
ambition pour une jeune femme qui n'a ni voix ni talent musical et
s'évanouit avant ses leçons de musique. Mais elle a toujours cru être
capable d'atteindre les buts qu'elle se fixait, quels qu'ils soient.
Elle quitte le Sarah Lawrence College à la fin de sa troisième année,
sans avoir fait preuve d'aucun talent qui lui permette de réaliser son
rêve. C'est pourtant grâce à l'intérêt qu'elle porte à la musique que
Yoko rencontrera son premier mari. Touché par l'enthousiasme avec
lequel elle parle de cet art, un ami de son cousin le présente au plus
brillant des élèves compositeurs japonais qui étudient aux États-Unis,
Toshi Ichiyanagi. Toshi est petit, très taciturne et marche comme un
danseur. Les parents de Yoko désapprouvent les liens qui se nouent
entre les deux jeunes gens, car les Ichiyanagi n'appartiennent pas
comme eux à la haute société japonaise. L'opposition de ses parents
agit comme un aiguillon sur Yoko, qui persuade Toshi de le laisser
venir vivre avec elle. Évidemment, pour les Ono, c'est le scandale. Dès
que les siens ont quitté les États-Unis, Yoko épouse Toshi en mai 1957,
un mariage que les Ono refuseront d'abord de reconnaître mais qu'ils
célèbreront officiellement un an plus tard en revenant à New York pour
y donner une réception en l'honneur de leur fille et de son époux. Yoko
et Toshi vivent très pauvrement. Dans leur petit appartement
d'Amsterdam Avenue, un quartier ouvrier, leurs vêtements sont accrochés
aux murs car ils n'ont même pas d'armoire où les ranger. Yoko travaille
dans une firme d'import-export comme interprète. Jeune femme
d'apparence très conventionnelle, elle porte des tailleurs sombres, des
talons hauts, ne sort jamais sans gants et sans être parfaitement
maquillée. C'est elle qui fait bouillir la marmite, car Toshi a perdu
sa bourse de la Juilliard School. Avec les musiciens qu'elle rencontre,
elle se montre obséquieuse, les couvre d'éloges dithyrambiques. Quand
elle reçoit, elle prépare pendant des heures les mets les plus exquis
et à la demande de ses invités chante des airs folkloriques japonais
d'une petite voix pure et enfantine. Toshi semble un homme très doux à
ceux qui fréquentent le jeune couple, mais très effacé et totalement
dominé par sa femme. Des années plus tard, il révélera à un journal
japonais que Yoko avait toujours besoin qu'on la traite comme une
reine. Elle était égoïste et morbide. Dès le début, la jeune femme a
des aventures extra conjugales. Son mari en souffre, mais il ferme les
yeux. Quant à elle, ses escapades ne lui créent que des problèmes, car
à chaque fois elle tombe enceinte. Bientôt, son état de santé se
ressentira de ces interventions, et elle aura du mal à porter un enfant
à terme (d'après certains témoignages, elle a déjà eu un enfant, né au
Japon en 1952 dans le plus grand secret, mais dont elle évoque de temps
en temps la naissance devant ses amis). Toutes les relations qu'aura
Yoko par la suite suivront le schéma établi par son mariage avec Toshi.
A chaque fois, Yoko semble avoir besoin d'un homme qui l'aide à se
sortir d'une mauvaise passe, mais qui devient très vite un instrument
qu'elle utilise pour compenser ses ambitions déçues. Ils divorcent en 1962 après sept ans de vie commune.
Le 28 novembre de cette même année, Yoko se remarie avec l'américain Anthony Cox. Cox est musicien de jazz,
réalisateur de films et promoteur d'art. Il avait beaucoup entendu
parler de Yoko et l'avait rencontré dans un hôpital psychiatrique à New York où sa famille l'avait placée après une tentative de suicide par absorption de barbituriques. Le 8 août 1963,
Yoko donna naissance à une fille, Kyoko Chan Cox. Le mariage tomba
rapidement à l'eau (des témoins ont vu Tony et Yoko se menaçant avec
des couteaux de cuisine) mais ils restèrent malgré tout ensemble en
raison de leur carrière commune. Bientôt, ils revinrent à New York avec Kyoko.
En 1958, Yoko suit des cours sur la musique expérimentale, prodigués par John Cage, grand nom de l'avant-gardisme qui l'influence énormément, notamment avec l'art pictural qu'il enseigne : le minimalisme.
Elle s'engouffre dans cette voie, qui lui convient pleinement, et tente
de produire ses premières œuvres et spectacles artistiques. Fin 1964,
avec le retour en force du pop art, elle reprend confiance en elle, créant le bagism,
spectacle consistant à s'enfermer dans un sac avec un partenaire, qui
rencontre un certain succès et en publiant un recueil de poèmes
intitulé Grapefruit. Ce livre, sorti pour la première fois en 1964
est un ouvrage essentiel si l'on veut comprendre la démarche artistique
de Yoko. Il comprend sept parties : musique, dont la célèbre Cough Piece
qui est une performance sonore, peinture, événement, poésie, objet,
film et danse qui contient un grand nombre de dessins de la main de
Yoko. Ce ne sont pas à proprement parler des notes et ce ne sont pas
tout à fait des poèmes. Ce sont plutôt des descriptions de performances
sonores ou visuelles et des objets et installations à venir, mais, de
par leur écriture simple, directe, découpée et rythmée, des textes
littéraires en soi. Ponctué également d'un questionnaire, d'une liste
des ventes de Yoko à New York en 1965, de lettres, de comptes-rendus de performances, de programmes et d'une véritable réflexion sur son œuvre.
Yoko acquiert peu à peu une certaine notoriété dans le monde de l'art en adhérant au groupe d'artistes Fluxus, un mouvement d'artistes d'avant-garde, qui se développa au début des années 1960. Son fondateur George Maciunas
ami et source d'intérêt de Yoko, admire son travail et, avec
enthousiasme, s'occupe de promouvoir ses travaux artistiques. Avec La Monte Young et John Cage, George Maciunas
était l'une des plus importantes influences de Yoko sur ses
performances artistiques. Sa philosophie, pleine d'humour, subversive
et avant-gardiste, a commercialisé une attitude pour soustraire l'art
typique des années 1950. Les objets interactifs de l'art de Yoko
doivent également quelque chose aux objets et aux idées Fluxus de
Maciunas.
Certaines critiques ont décrit l'art de Yoko comme une synthèse entre les idéaux musicaux de John Cage,
le silence d'incorporation, les bruits normaux et l'esprit plus macabre
de Maciunas qui a trouvé un chemin dans la promptitude de Yoko pour
choquer et les dramatisations de sa douleur mentale. Yoko, par le
passé, avait déclaré: Chaque artiste est un artiste conceptuel. Je suis une artiste trompeuse. Une autre influence de Yoko, citée par les critiques, était un artiste contemporain japonais Yayoi Kusama. Les activités de Kusama impliquant la nudité ont sûrement inspiré la célèbre pochette de John Lennon et Yoko pour l'album Two Virgins où tous les deux paraissent nus. Kusama était également un organisateur d'événements pacifistes semblables au « Bed-In » pour la paix que John et Yoko firent en 1969.
Yoko était une exploratrice de l'art conceptuel. L'une de ses plus célèbres performances artistiques fut Cut Piece présentée en avant-première au Carnegie Hall de New York en 1965,
performance durant laquelle l'artiste, assise sur scène, invite les
spectateurs à prendre une paire de ciseaux pour découper ses habits
jusqu'à ce qu'elle soit complètement nue, dans la posture
traditionnelle de la femme japonaise. Cut Piece fut l'une des
nombreuses occasions pour Yoko de communiquer extérieurement sa douleur
interne à travers son art. La paire de ciseaux disproportionnée
accentue la mise en danger, la prise de risque de la représentation,
revendiquées par Antonin Artaud comme seul mode théâtral possible : Sans un élément de cruauté à la base de tout spectacle, le théâtre n'est pas possible. Cut Piece
connut un tel succès confirmé par les médias et les critiques d'art qui
furent fascinés par son audace que la représentation parcourut la scène
de l'époque, du Living Theater en passant par le Judson Dance Theater. Sans compter l'identité du personnage, Cut Piece
était une oeuvre sur le besoin d'unité et d'amour sociaux. Ce fut
également une pièce qui toucha aussi bien sur les thèmes du sexisme que
l'affliction de la douleur humaine et la solitude plus grande et
universelle. Yoko joua cette pièce également à Londres
et dans d'autres lieu de rendez-vous, recueillant une attention
largement suffisante de la part du public. Au Japon, le public était
plutôt timide et réservé. À Londres, des membres du public devinrent
ardents afin d'obtenir un morceau de son habit et devinrent violents au
point que Yoko dû être protégée par sécurité.
John Lennon avait décrit Yoko comme l'artiste inconnue la plus célèbre du monde avant-gardiste. Tout le monde connaissait son nom, mais personne ne savait qui elle était. Ses amis et amours dans le monde artistique de New York incluaient: Kate Millett, Nam June Paik, Dan Richter, Jonas Mekas, Merce Cunningham, Judith Malina, Erica Abeel, Peggy Guggenheim, Betty Rollin, Shusaku Arakawa, Adrian Morris, Stefan Wolpe, Keith Haring et Andy Warhol.
En 2001, Yes Yoko Ono, une exposition retraçant plus de 40 ans de rétrospectives du travail de Yoko, reçut l'award de la prestigieuse International Association of Art Critics USA pour la meilleure exposition de musée organisée à New York.
En 2002, Yoko reçut la médaille de Skowhegan pour son travail dans les médias assortis. Et en 2005, elle reçut une récompense de réussite de toute une vie par la Japan Society de New York.
Yoko reçut un doctorat honorifique des lois de l'université de Liverpool en 2001 ; en 2002, elle se présenta avec le degré honorifique de docteur des beaux-arts de l'université de Bard College. Le professeur Scott MacDonald déclara : Elle
doit être félicitée pour tout le travail qu'elle a fait et honorée pour
ce qu'elle a fait pour représenter l'histoire des médias dans le monde
entier. Une femme courageuse, résiliente, persistante, indépendante, et
surtout, imaginative et croyant que la paix et l'amour demeurent la
meilleure façon d'accéder à un futur humain plus lumineux.
Rencontre avec John Lennon


En septembre 1966, ayant eu vent du fort mouvement culturel à Londres, marqué par le fameux Swinging London,
Yoko et Tony décident de s'y installer. La presse britannique amusée
mais aussi intriguée, réserva un accueil plutôt favorable aux œuvres de
Yoko, et cela dès sa première prestation, le 28 septembre. Après
quelques démarches, Yoko fait la connaissance de John Dumbar, grande figure de l'avant-garde artistique londonien, époux de Marianne Faithfull et directeur de la galerie Indica où elle parvient à y faire une exposition, dont le vernissage est prévu pour la mi-novembre.
Invitée le 9 novembre 1966 au Destruction In Art Symposium de Londres, Yoko rencontre John Lennon, le légendaire chanteur des Beatles, lors du vernissage de son exposition Unfinished Paintings & Objects à la galerie Indica.
Ce dernier découvre alors l'univers de l'artiste conceptuelle, son
imaginaire, son humour qui entrent intimement en résonance avec ses
aspirations intellectuelles et artistiques. Il ne reste pas indifférent
au charme mystérieux de la Japonaise. Le premier objet qui attire son
attention est une pomme mise en vente pour 200 livres : « J'ai trouvé cela fantastique. J'ai tout de suite pigé l'humour de son travail » déclara-t-il au magazine Rolling Stone en 1970.
Lorsque John Dunbar demanda à Yoko de laisser Lennon enfoncer un clou
sur l'une de ses œuvres, elle refusa tout d'abord car le vernissage
avait lieu le lendemain et elle voulait que la planche soit intacte.
John proposa alors de payer cinq shillings imaginaires pour planter un
clou imaginaire :
« Il y avait une échelle suspendue au plafond, menant à une
peinture. On aurait dit une toile vierge avec une chaîne à l'extrémité
de laquelle pendait une loupe. J'étais anti-art parce que j'avais passé
cinq années dans une école d'art et qu'ils étaient tous bidon et
j'étais vraiment contre. Mais en visitant les galeries je m'y étais de
nouveau intéressé et j'étais là. J'ai escaladé l'échelle et pris la
longue-vue, je me balançais là-haut et dans une écriture minuscule ça
disait simplement « Oui ». Et c'est ce qui m'a décidé à rester. Ça
disait « Oui ». Ça m'a décidé à voir la suite de l'exposition. Si ça
avait dit « Non » ou quelque chose de méchant ou de sarcastique, du
genre « Arnaque » ou je ne sais quoi, j'aurais quitté la galerie
sur-le-champ. Parce que c'était positif et que ça disait « Oui », je me
suis dit : « OK, c'est la première exposition où je vais qui me dit
quelque chose de chaleureux ». Alors j'ai décidé de voir le reste de
l'exposition. Et voilà comment on s'est rencontrés. Si ça avait dit
« Non », je serais parti. C'était comme un truc personnel. Je suppose
que quiconque lisait ça ressentait la même chose. Mais j'ai pris ça
comme un « Oui » que l'artiste m'adressait personnellement. »

Dans la chanson Lucy In The Sky With Diamonds sur l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band de 1967, John Lennon rêvait déjà d'une femme qui un jour viendrait le sauver, A girl with kaleidoscopic eyes
(une fille avec des yeux kaléidoscopiques) tout à la fois muse et alter
ego, sans savoir qu'il s'agirait de Yoko Ono. Leur rencontre fut un
court-circuit culturel, social et artistique tant le monde de la pop
star internationale et l'univers avant-gardiste et relativement
confidentiel de Yoko semblaient éloignés l'un de l'autre.
Voyant plus qu'un encouragement dans le fait d'avoir enfin approché
une star de l'envergure de John Lennon dans une des galeries les plus
branchées de Londres, l'année 1967
fut mise à profit par Yoko et Tony pour enfoncer le clou et pour que
Yoko fût le plus souvent possible citée dans les gazettes. Ils n'y
réussirent pas si mal, puisqu'à la fin août
1967, Yoko était devenue sinon une célébrité, du moins une curiosité
ayant une forte propension à attirer, et ce de plus en plus,
l'attention des tabloïds. Dès février
1967, alors que le couple squatte un peu du côté de Chelsea, chez
l'artiste londonien Adrian Morris, le Tout-Londres a déjà beaucoup
glosé sur son fameux film, Bottoms, et sur la collection de derrières
nus et en marche qu'il proposait en gros plan. Le film, ébauché à New
York peut avant de se lancer à l'assaut de la capitale anglaise, était
une idée de Yoko qui lui était venue en regardant les mouvements du
derrière d'une femme de ménage agenouillée et occupée à frotter le sol!
Elle trouvait que l'intérêt profond du derrière, par rapport au visage,
est qu'il ne peut mentir.
Yoko Ono rencontre une deuxième fois John Lennon, également à Londres, lors d'un vernissage de Claes Oldenburg,
lui aussi adepte du happening. Plus tard, elle lui téléphone pour lui
demander d'apporter sa contribution à un livre dont John Cage, qui se
trouve être de passage à Londres, a commencé la rédaction. Il s'agit
d'un ouvrage sur la musique du 20ème siècle, de Stravinsky aux Beatles. Elle obtient un rendez-vous avec un Lennon charmé qui lui offrira une partition : celle de la chanson The Word, entièrement écrite aux crayons de couleurs et présente sur l'album des Beatles Rubber Soul paru en 1965.
Entre deux prises, Lennon s'entretient avec elle et se montre intéressé
par sa prochaine exposition. Il est déjà sous le charme.
Cynthia Lennon, la première femme de John, était parfaitement au courant de l'existence de Yoko, longtemps avant le voyage des Beatles à Rishikesh en Inde
(en 1968). Yoko s'était un jour invitée dans la voiture de John pour
aller chez elle, alors même que Cynthia se trouvait à bord. C'était une
politique délibérée de la part de Yoko, qui comportait aussi l'envoi de
lettres et même des visites personnelles à Kenwood. Au début, John
répétait qu'il s'agissait simplement d'une de ces groupies enamourées,
ou bien que l'intérêt de cette femme pour lui commençait et s'arrêtait
au sponsor potentiel. Cynthia n'y crut sans doute pas totalement, mais
c'était ce qu'elle voulait entendre. Elle souhaitait aussi que l'Inde
marquât un nouveau départ dans leur relation. En réalité, ce fut le
commencement de la fin. John avait bien essayé d'emmener Yoko avec lui
en Inde. La chose était impraticable, mais les amants échangèrent une
correspondance régulière pendant cette période de deux mois. Cynthia
apprit bien plus tard que les sorties matinales de son époux et ses
manières de plus en plus distantes à son égard n'avaient rien à voir
avec la méditation. Au retour de l'Inde, John Lennon quitte
définitivement sa femme pour Yoko Ono.
Yoko Ono et les Beatles


En 1968,
de plus en plus épris de Yoko, en qui il voit son salut, John divorce
de sa première femme, Cynthia et Yoko de son mari Anthony Cox. À partir
de cet instant, Yoko ne quitte plus John, même durant les
enregistrements des albums des Beatles, ce qui énerve les trois autres au plus haut point. Sa présence, dès le premier jour des séances de l'album The Beatles
brise une règle non écrite au sujet des femmes et des amies, en
creusant un fossé dans l'esprit collégial qui avait galvanisé et
soutenu les garçons lorsqu'ils se trouvaient dans le studio.
Contrairement aux autres femmes ou compagnes, Yoko ne se contente pas
de rester dans la salle de contrôle, derrière la table de mixage en
compagnie du producteur et des ingénieurs du son, mais s'installe dans
le studio même, faisant du crochet ou des commentaires sur le travail
de Lennon. Et si les autres membres du groupe avaient pensé y voir la
manifestation passagère d'un nouvel amour, ils déchantent quand on
apporte un lit dans le studio lors de l'enregistrement de l'album Abbey Road,
car Yoko doit se remettre d'un accident de voiture qu'elle a eu en
Ecosse avec John, début juillet 1969. On suspend même un microphone au
dessus de sa couche, pour qu'elle puisse faire commentaires et même
critiques pendant les séances.
Devenue un grand sujet de controverse chez les fans des Beatles, Yoko a été présente sur les albums Double Blanc, Let It Be et Abbey Road. Elle a ainsi eu une très forte influence sur John Lennon
pour la composition et le jeu musical. En revanche, sa présence a
beaucoup nui à l'ambiance au sein du groupe ; elle a probablement
contribué à leur séparation, s'ajoutant aux querelles concernant les
affaires et les changements d'orientations musicales de chacun et
notamment les tensions grandissantes entre Lennon et McCartney. Yoko a
été accusée par les historiens du rock, et par la plupart des fans
anglais et américains de la culture pop d'avoir été la principale
responsable de la séparation des Beatles
alors qu'elle n'est qu'un des éléments ayant mené à la dissolution du
groupe. John Lennon, également, a déclaré qu'il avait déjà eu
l'intention de quitter le groupe avant qu'il ait rencontré Yoko. Même
si le temps qui passe la réhabilite peu à peu, Yoko restera dans
l'esprit de millions de fans la manipulatrice, castratrice, fourbe,
démon avant-gardiste en minijupe qui a provoqué la séparation des
Beatles.
Cependant, beaucoup s'accordent à dire que si elle a sûrement été
l'une des causes principales de la rupture du groupe, elle a aussi été
une bouée de sauvetage pour un Lennon en perdition. Elle est la muse,
l'inspiratrice de la plupart des chansons de John sur les albums The Beatles, Abbey Road et Let It Be. On lui doit également les chefs-d’œuvre de Lennon en solo : Imagine , Give Peace A Chance , Oh My Love Jealous Guy, Oh Yoko, Woman.
John et Yoko


Yoko allait exercer une influence considérable sur plusieurs compositions de John Lennon. En tant que Beatles, il écrivit The Ballad of John and Yoko et il fit référence à elle indirectement dans Julia, une chanson dédiée à sa mère morte alors qu'il avait 18 ans, avec le vers : « Ocean child calls me, so I sing a song of love »
(« l'enfant de l'océan m'appelle, c'est ainsi que je chante une chanson
d'amour »). D'autres chansons de Lennon écrites sous l'influence de
Yoko virent le jour au cours de sa carrière incluant : I Want You (She's So Heavy), Don't Let Me Down, Happiness is a Warm Gun, Because (avec les Beatles), Well Well Well, Oh Yoko!, Jealous Guy, I'm Losing You, Bless You, Dear Yoko, Woman... (en solo).
Cette union verra dans un premier temps la naissance de plusieurs albums expérimentaux, dont le fameux Two Virgins. Enregistré en mai 1968, le soir où ils consommèrent leur union pour la première fois, cet album de musique électronique
et expérimentale est plus connu pour sa pochette, sur laquelle ils
apparaissent tous deux nus dans le plus simple appareil, que pour son
contenu jugé très médiocre. D'autres albums suivront comme Unfinished Music No.2: Life with the Lions et The Wedding Album.
Il s'agissait plutôt d'expérimentations conceptuelles basées sur des
bruits fortement influencés par la carrière de Yoko comme artiste
plastique.
Le 18 octobre 1968,
le couple fut arrêté lorsque une quarantaine d'agents découvrirent plus
de 219 grammes de résine de cannabis dans leur appartement occupé, au
34 Montagu Square, à Londres.
Quelques jours plus tard, Yoko sera hospitalisée pour une fausse
couche. Cette affaire va hanter le couple pendant des années. Le
gouvernement américain s'en servira d'ailleurs pour leur interdire leur
carte verte de résidents américains.
John et Yoko se marient le 20 mars 1969 à Gibraltar. Ils se produisent par la suite dans toute une série d'apparitions artistiques ou musicales (dont The Rock and Roll Circus) des Rolling Stones
qui suscitent l'indignation et la surprise parmi le grand public. Ils
se rendent également célèbres par leur engagement militant en faveur de
la paix dans le monde, notamment au travers du tube Give Peace A Chance attribué à la toute jeune Plastic Ono Band, qui fut le premier succès jamais sorti par un Beatles en dehors du groupe. Le 13 septembre 1969, le premier album du Plastic Ono Band fut enregistré pendant le Toronto Rock and Roll Revival Festival. En plus de John et Yoko, cette première incarnation du groupe se composa du fameux guitariste Eric Clapton, du bassiste Klaus Voormann, et du batteur Alan White.
Il y interprétèrent aussi bien de vieux standards du rock'n'roll que
"Give Peace A Chance" ainsi que deux compositions de Yoko, Don't Worry Kyoko (Mummy's Only Looking For Her Hand In The Snow) et John, John (Let's Hope For Peace)
durant ce qui fut peut-être l'une des premières performances
avants-gardistes données pendant un concert de rock, devant un public
bouche bée de stupeur.
Après de continuels voyages entre le Royaume-Uni et les États-Unis, John et Yoko s’installent définitivement à New York, au mois d’août 1971.
Leur première demeure est située dans le West Village new-yorkais.
Alléchés par l'arrivée de John et Yoko aux USA, les médias les
inondèrent de demandes d'interviews. Le couple vit là une formidable
occasion d'intensifier sa campagne pour la paix. Lors de leur première
année aux Etats-Unis, John et Yoko jouèrent également un rôle actif
dans de nombreuses manifestations politiques. Le 11 décembre 1971, le
couple se produisit aux côtés de Stevie Wonder, Phil Ochs et Commander
Cody lors du John Sinclair Freedom Rally, un concert donné à la Crisler Arena, à Ann Arbor, Michigan devant un public de 50 000 personnes contre l'incarcération de John Sinclair,
le leader des White Panther Party. Arrêté pour détention de deux joints
de marijuana, Sinclair avait été condamné à dix ans de réclusion en
juillet 1969. John et Yoko avaient écrit chacun une chanson pour le
rassemblement. Le John Sinclair de John rendait hommage à ce dernier et le Sisters, O Sisters
de Yoko annonçait les chansons féministes à venir. Trois jours après ce
concert, Sinclair fut libéré après n'avoir effectué que 21 mois de
prison; un exemple de l'efficacité des interventions de John et Yoko
depuis leur arrivée en Amérique. Six jours plus tard, le 17 décembre
1971, John et Yoko furent les invités surprise d'un concert de
bienfaisance organisé à l'Apollo Theatre de New York, en faveur des
victimes des émeutes de la prison d'Attica State du mois de septembre
précédent, durant lesquelles la garde nationale avait tué vingt-huit
prisonniers et neuf otages.
Entre le 14 et le 18 février 1972, John et Yoko co-présentèrent le Mike Douglas Show,
un talk-show télévisé diffusé dans tout le pays et destiné aux
ménagères de la classe moyenne. A priori, une émission qui leur
ressemblait peu, mais Yoko et John savaient que cela leur permettrait
d'infiltrer la petite bourgeoisie américaine. Pendant l'émission, John
et Yoko déclarèrent que des agents du gouvernement américain les
filaient et que leur téléphone était sur écoute.
Le 30 août 1972, John et Yoko organisèrent deux concerts de charité au Madison Square Garden de New York, au profit de la One To One Organization, une organisation pour les enfants handicapés mentaux. Accompagné par le Plastic Ono Band Elephant's Memory Band, le couple interprètèrent un répertoire de chansons provenant de leurs premiers albums solos dont Sometime In New York City. Ces concerts générèrent plus de 1.5 millions de dollars et firent l'objet d'un disque et d'un film intitulé Live In New York City où l'on peut remarquer que la connotation politique était en outre particulièrement virulente.
Ensuite, ils déménagent dans le fameux immeuble Dakota Building, en face de Central Park. Une époque curieuse de la relation de Yoko et Lennon, déjà étrange en soi, commence à l'automne 1973, quand tous les deux se séparent pour une période de 18 mois. Yoko continue sa carrière musicale et artistique à New York tandis que John s'en va vivre à Los Angeles avec leur assistante personnelle May Pang.
Yoko avait plus au moins poussé May dans les bras de John : mieux
valait une jeune et jolie chinoise, pensait-elle, qu'une escouade de
groupies hystériques. Pendant cette séparation, John et Yoko restent
constamment en contact, exprimant mutuellement son amour et Yoko
dépêcha même régulièrement sur place divers espions pour
contrôler les faits et gestes de son mari. Elle lui avait interdit de
rentrer jusqu'à ce qu'elle estime qu'il était prêt et qu'il avait
chassé de ses habitudes la boisson et la fête. Le 28 novembre 1974, le jour de Thanksgiving,
John joua à côté d'Elton John à l'occasion d'un concert au Madison
Square Garden de New York. Yoko assistait incognito à ce concert, dans
le public, et vint saluer John dans les coulisses après le spectacle.
C'était leur première rencontre en un an et sans doute l'espoir de les
voir bientôt à nouveau réunis. C'est ainsi qu'en janvier 1975 et après plus de dix-huit mois passés loin l'un de l'autre, John est de nouveau admis au Dakota aux côtés de Yoko.
Yoko tomba très vite enceinte (elle avait alors 42 ans) et accoucha le 9 octobre 1975, jour du trente-cinquième anniversaire de John, de leur fils Sean Taro Ono Lennon.
Dès lors, le partage des fonctions dans le couple se fait d’une manière
très claire : John se consacre entièrement à son fils et Yoko s'occupe
de leurs affaires familiales. Elle prend les rênes des finances
communes et devient la gestionnaire de l’important passif musical de
John.
Assassinat de Lennon


En 1980, John et Yoko décident de revenir au devant de la scène publique avec leur album commun Double Fantasy,
qui connaît un véritable succès. C'est au gré d'une visite dans un
jardin botanique que le couple découvrira une plante nommée Double Fantasy, dénomination qui les charmera, et qui deviendra le titre de leur nouvel album. Peu après, le 8 décembre 1980,
John Lennon est assassiné à New York à 22 h 52, après une soirée de
travail en studio et alors qu'il rejoint son appartement du Dakota
Building près de Central Park. Sous les yeux de Yoko, Mark David Chapman,
un homme profondément religieux, mais complètement déséquilibré, l'abat
de cinq balles de revolver (calibre 38). Quelques heures plus tôt,
Lennon lui avait accordé un autographe. Malgré ce drame, Yoko réagit
dignement à la situation, mais ses états d'âme après le décès de John
restent tout de même obscurs. Après l'assassinat de John, elle ralentit
sa production artistique et se consacre entièrement à son fils Sean.
Son image se revalorise. À partir de cet instant, elle gère l'empire
économique en hausse de John avec plus de sérieux et de
professionnalisme. Elle édite des disques posthumes de John: Live In New York City, Milk And Honey et Menlove Avenue, avec de vieilles chansons ou de simples maquettes, et s'unit à Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr dans la défense des intérêts communs des Beatles.
En 1985, à l'occasion du 45ème anniversaire de John, une partie de Central Park face à l'immeuble Dakota fut réaménagée en utilisant un don d'un million de dollars de Yoko et baptisé le Strawberry Field Memorial.
Le 12 octobre 2006,
Yoko remis un prix de 50 000 dollars (près de 40 000 euros) à
« Médecins sans frontières » et au « Center For Constitutional
Rights ». deux associations oeuvrant pour la paix et l’harmonie. Le 26 novembre 2006,
Yoko publia un encart dans le New York Times pour appeler le monde à
faire du 8 décembre, date de l’assassinat de John Lennon, une journée
de demande de pardon auprès des victimes de violence.
Le 9 octobre 2007, The Imagine Peace Tower (la tour de paix imaginée) a été allumée pour la première fois en l'île de Viðey sur la côte de Reykjavík, en Islande. Cette tour, à l'origine une idée conçue par Yoko en 1965 est allumée annuellement à partir du 9 octobre, jour de l'anniversaire de John jusqu'au 8 décembre, date de son assassinat. Dans la tour les mots Imagine Peace sont découpés et traduits dans plus de 24 langues différentes.
En 1988, Yoko s'établit en Suisse, à Genève loin des fans et des paparazzis.

Carrière

_________________
I'd like to say "thank you" on behalf of the group
and ourselves and I hope we passed the audition!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beatlesmania.keuf.net
Argos
Webmaster
Webmaster
avatar

Masculin Nombre de messages : 2184
Age : 22
Localisation : Penny Lane
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Biographie de Yoko Ono.   Dim 1 Nov - 20:50

Carrière musicale


Yoko a également mené une carrière de chanteuse. Elle était déjà musicienne lorsqu'elle rencontra John. Elle avait collaboré avec notamment John Cage et la légende du free jazz, Ornette Coleman. Mais sa relation avec Lennon lui donna une notoriété que sa carrière solo ne laissait pas jusque-là espérer.
Yoko étudie la musique dès son plus jeune âge dans une école
maternelle spécialisée appelée « Jiyu-Gakuen ». Elle y apprend à
écouter les sons de l'environnement et de la vie quotidienne et à les
traduire en notations musicales, comme le fera plus tard John Cage.
Dans son désir de transcrire les bruits de la nature, elle décide de
combiner le mode de notation musicale occidental à des instructions,
prélude aux "Instruction Pieces" qu'elle développera pour la peinture et la sculpture,
après avoir remarqué combien dans la musique, à la différence de l'art,
il y a une séparation entre la partition écrite par le compositeur et l'interprétation qu'en fait le musicien. Après avoir étudié au « Sarah Lawrence College », où elle chante des lieders allemands et des airs d'opéra, elle rencontre les compositeurs Edgar Varèse, Morton Feldman et John Cage qui dès la fin des années 1950 l'encouragent de se lancer dans la direction qu'elle souhaite emprunter. Elle pénètre le monde de l'avant-garde musicale avec son premier mari, Toshi Ichiyanagi, un jeune musicien et compositeur japonais qui gagne sa vie comme copiste de partitions pour des compositeurs. Tous deux s'installent à Manhattan, dans un loft sur Chambers Street, qui devint, au début des années 1960, le théâtre de nombreuses performances artistiques et de concerts avec La Monte Young, John Cage et George Maciunas.
La musique de Yoko a souvent été qualifiée par ses détracteurs comme
une litanie de cris, d'autant plus insupportable que l'artiste avait à
leurs yeux semé le germe de la rupture entre les Beatles avec l'expérimental Revolution 9. Les cris émis par Yoko dans ses performances vocales traduisent la schizophrénie culturelle qui la marquait depuis son enfance, partagé entre Orient et Occident, le Japon et les États-Unis,
où elle fut élevée entre un père qui vouait une admiration infinie à
Bach, Beethoven et Brahms et une mère qui jouait de plusieurs
instruments traditionnels japonais. Ils sont aussi révélateurs de
l'importance qu'elle accorde au corps comme instrument primordial,
vecteur d'émotions musicales. Yoko exploite le spectre de la voix de
manière unique. Elle devait devenir par la crudité de sa voix, le
recours à l'improvisation et au free jazz, une des sources occultes du rock expérimental. L'influence de sa voix "hors limite" transparaît chez une artiste comme Björk, notamment sur son album « Medulla ».
En décembre 1970, elle sort son premier album solo, Yoko Ono/Plastic Ono Band, parallèlement au disque de John, John Lennon/Plastic Ono Band.
Les deux albums ont les couvertures presque identiques : Yoko nous
montre une photo d'elle se penchant sur John, et John une photo de lui
se penchant sur Yoko. Cet album se compose de cris, des sons déchirants
émis du plus profond de sa gorge qui ont été probablement influencés
par des opéras japonais. La musique est à l'image de cette révolution :
agressive, non mélodique, improvisée. On ne parle pas de morceaux à
proprement parlés mais bien d'improvisations; l'une d'elles est
accompagnée par le groupe d' Ornette Coleman. John Lennon fait sonner sa guitare comme il ne l'avait encore jamais fait. Quelques uns de ses morceaux ont beaucoup influencé l'artiste Meredith Monk
et d'autres artistes musicaux qui ont employé des cris perçants au lieu
des mots. Cette structure vocale qui attire l'attention sur les aspects
timbral et d'orchestrational de la musique est considérée comme une
technique commune au free jazz. Quelques groupes punk dont Public Image Ltd
citèrent cet album (et d'autres albums de Yoko) comme la création de la
base de la musique punk. L'album se classa à la 183ème position dans
les charts aux États-Unis.
En 1971, Yoko sort son premier double album Fly. Il explore les qualités expressives avant-gardistes de la voix tout en proposant des rythmiques rock. Parallèlement, l'influence de John Lennon
sur Yoko se fait plus prégnante dans certains morceaux, telles la
structure teintée de pop de Minsummer New York ou la ballade Mrs Lennon.
En 1972, Yoko publie son deuxième double album Approximately Infinite Universe qui sera souvent considéré comme son meilleur. Accompagnée par le Plastic Ono Elephants Memory Band,
Yoko se livre à un recueil de chansons ayant comme sujet la
maltraitance des hommes envers les femmes. Ce disque suscitera très peu
d'intérêt ce qui explique qu'il n'entre qu'à la 193ème place des charts
aux États-Unis, mais sera reconnu bien plus tard pour sa qualité
musicale,
en particulier pour des chansons telles que Move On Fast, Now Or Never,
Yang Yang, What A Bastard The World Is ou Death Of Samantha. Suivra
l'année suivante, son quatrième album Feeling The Space qui traitera du même sujet.
En août 1974, Yoko retourne au Japon après plus de dix ans d'absence à l'occasion d'un concert donné lors du Koriyama One Step Festival et publie l'album A Story et le single Yume O Moto (Let's Have A Dream).
En 1980, c'est à la veille de la mort de John Lennon que Yoko s'affirme comme une artiste pop accomplie avec Walking On Thin Ice,
simple qu'elle venait de terminer le soir où il fut assassiné. Lui qui
avait livré un prodigieux solo de guitare avait déclaré avant de mourir
que ce morceau marquait une grande évolution dans la musique du couple.
Walking
On Thin Ice sorti en single moins d'un mois plus tard et devint un tube
planétaire, le premier grand succès de Yoko en se classant à la 58e
position des charts américains.
En 1981, elle sortit l'album Season Of Glass.
Enregistré plus de six mois après l'assassinat tragique de son mari,
cet album encore plus rageur que les expérimentations frénétiques et
avant-gardistes des années 70 a l'intelligence de mêler à la violence
de la vie intérieure de la plus célèbre veuve du monde la
sophistication et la beauté de mélodies pop uniques. Avec des chansons
comme
Goodbye Sadness, I Don't Know Why ou Mother Of The Universe, Yoko nous
raconte le travail de deuil, la peine, le choc, la peur, la tristesse,
l'émotion, John. Season Of Glass
se classa à la 49e place des charts mondiaux ce qui fit de lui l'album
le plus cèlèbre et le plus reconnu de Yoko en solitaire. La ré-édition
de 1997
en CD, contient deux chansons supplémentaires dont le hit Walking On
Thin Ice et une maquette de la chanson I Don't Know Why enregistrée par
Yoko le lendemain de la mort de John Lennon. Sa célèbre pochette
montrant les lunettes de John Lennon tachées de sang, à côté d'un verre à moitié plein d'eau et avec une fenêtre donnant sur Central Park
a provoqué des critiques qui accusait Yoko d'être insipide et
exploitante. Cependant, elle déclara qu'elle avait choisi cette image
car qu'elle voulait rappeler aux gens que John Lennon
n'était pas simplement mort ou s'était suicidé, mais qu'il avait été
assassiné. Elle déclara également que tous ceux qui ont pensé que
l'image des lunettes sanglantes étaient blessantes en raison des tâches
de sang devraient se rappeler plus du meurtre de John que d'une paire
de lunettes. Cette image représentait aussi ce qu'elle et d'autres
membres de la famille de John Lennon ont dû endurer après sa mort. Cette photographie fut vendue à une enchère à Londres en avril 2002 pour environ $13 000.
L'année 1982 voit paraître le sixième album solo de YokoIt's Alright (I See Rainbows).
Cet album est plus positive que son précédent. La pochette montre Yoko
avec ses célèbres lunettes de soleil avec ses boucles, regardant vers
le soleil, alors que sur le dos, le fantôme de John Lennon
s'interpose entre elle et son fils Sean. L'album connaîtra un succès
bien mineur dans les charts et deux de ses chansons seront publiées en
single : My Man et Never Say Goodbye.
En 1984,
un album hommage à Yoko Every Man Has A Woman Who Loves Him sorti,
comportant une séléction de ses chansons interprétées par des artistes
tels qu' Elvis Costello, Roberta Flack, Eddie Money, Rosanne Cash et Harry Nilsson. Ce fut l'un des projets que John Lennon ne put jamais terminer. Plus tard, dans la même année, le dernier albun posthume de John et Yoko dans la veine de Double Fantasy, Milk And Honey fut publié.
Starpeace publié en 1985,
fut le dernier album de Yoko à paraître dans les années 80. C'est un
album conceptuel qu'elle avait imaginé comme un antidote au système de
défense de missile Star Wars de Ronald Reagan.
Sur la pochette, on y voit une Yoko souriante qui tient la terre dans
la paume de sa main. Starpeace est devenu (sans l'influence de Lennon),
l'album le plus réussi de Yoko. Le single Hell In Paradise fut un hit,
se classant à la 16e position des charts américains et 26e dans la
liste des 100 plus grands succès du Billboard.
En 1986, Yoko entreprend avec énergie sa première tournée mondiale, World Tour For Starpeace
en visitant la plupart du temps les pays de l'Est dans lesquels elle
sentait devoir proclamer son message de paix. À cette occasion, elle
repasse par le Hilton d'Amsterdam où elle parle aux journalistes
installée sur le lit où John et elle ont fait leur premier Bed-In,
dix-sept ans plus tôt. Sur scène, en plus de son répertoire, elle
interprète quelques-unes des chansons les plus connues de John.
En 1991, elle crée le Peace Choir avec son fils Sean et Lenny Kravitz. Ils enregistrent avec de nombreux autres artistes une reprise de Give Peace A Chance pour protester contre la Guerre du Golfe.
En 1992,
Yoko signa un contrat avec la maison d'édition Rykodisc pour sortir un
coffret de 6 CD, Onobox résumé de sa carrière musicale agrémenté de
maquettes et de chansons inédites. Un best of Walking On Thin Ice sorti
également cette même année.
Son retour à la musique se produit en 1995
avec la sortie de Rising, une collaboration avec son fils Sean et son
groupe Ima. Cet album a engendré une tournée mondiale qui passa par l'Europe, le Japon et les États-Unis.
L'année suivante, elle collabora avec divers musiciens de rock pour
l'élaboration de Rising Mixes. Les plus grands DJs américains du moment
ont remixé des chansons extraites de "Rising". Parmi les participants,
on y trouve Cibo Matto, Ween Tricky et Thurston Moore.
En 1997, Rykodisc re-édite tous les albums de Yoko en CD de Yoko Ono/Plastic Ono Band à Starpeace. Yoko et l'ingénieur du son Rob Stevens
ont personnellement remastérisé les bandes originales et diverses bonus
furent également ajoutés (démos, prises alternatives, inédits et
versions lives).
L'année 2001
voit la sortie de son dernier album Blueprint For A Sunrise reprenant
le thème d'un esprit féministe engagé comme cela avait déjà été le cas
avec Approximately Infinite Universe et Feeling The Space.
Début 2002, des DJs américains remixèrent des chansons de Yoko pour des clubs de dance.
Pour ce projet, elle supprime son prénom qui devient simplement ONO,
une réponse comique à la phrase : « Yoko Ono Oh No! », une plaisanterie
qui l'a poursuivie durant toute sa carrière. ONO connut un grand succès
avec de nouvelles versions de Walking On Thin Ice, remixées par le
meilleur des DJs et artistes de dance américains avec notamment Pet Shop Boys, Orange Factory, Peter Rauhofer et Danny Tenaglia.
En avril 2003, ce succès fut confirmé avec le remix de Walking On Thin Ice des Pet Shop Boys,
qui atteindra la première place du Billboard, faisant de ce single le
tout premier numéro un de Yoko. Elle reviendra à la première place en novembre 2004
avec Everyman...Everywoman..... La chanson Every Man Has A Woman Who
Loes Himextraite de Double Fantasy fut remise au goût du jour et les
paroles modifiées afin de soutenir les mariages gays.
En 2007, sort l'album Yes I'm A Witch, une compilation de remixes de chansons du catalogue de Yoko par divers artistes comprenant The Sleepy Jackson, The Flaming Lips, Cat Power, Antony, DJ Spooky, Porcupine Tree et Peaches. Yes I'm A Witch a été très bien reçu par les critiques, qui furent très surprises.
Après la sortie de Yes, I'm A Witch, Yoko enfonce le clou avec Open Your Box qui est sorti en avril 2007. Il s'agit également d'un album de remixes. Parmi les remixeurs, on compte les noms des Pet Shop Boys, Basement Jaxx et Felix Da Housecat. Parmi les morceaux remixés, notons le fameux Give Peace A Chance, Hell In Paradise sur l'album Starpeace en 1985, et trois versions de Walking On Thin Ice.
Durant sa carrière, Yoko a collaboré avec divers groupes, artistes et musiciens dont Andy Warhol, Paul McCartney, John Cage, David Spinozza, Hugh McCracken, Michael Brecker, Earl Slick, The Flaming Lips, Pet Shop Boys, Peter Rauhofer, Danny Tenaglia,David Tudor, George Maciunas, Ornette Coleman, Cat Power, Charlotte Moorman, George Brecht, Jackson Mac Low, Jonas Mekas, Lenny Kravitz, Frank Zappa, Yvonne Rainer, La Monte Young, Richard Maxfield, Zbigniew Rybczyński, Yo La Tengo, DJ Spooky.
Discographie


Albums



Compilations



Singles



Faces B des singles de John Lennon



  • 1969 : Remember Love (sur Give Peace A Chance)
  • 1969 : Don't Worry Kyoko (sur Cold Turkey)
  • 1970 : Who Has Seen The Wind (sur Instant Karma)
  • 1971 : Why (sur Mother)
  • 1971 : Open Your Box (sur Power To The People)
  • 1971 : Listen The Snow Is Falling (sur Happy Xmas(War Is Over))
  • 1972 : Sisters O Sisters(sur Woman Is The Nigger Of The World)
  • 1980 : Kiss Kiss Kiss (sur Just Like(Starting Over))
  • 1981 : Beautiful Boys (sur Woman)
  • 1981 : Yes I'm Your Angel (sur Watching The Wheels)
  • 1984 : O'Sanity (sur Nobody Told Me)
  • 1984 : Sleepless Night (sur I'm Stepping Out)
  • 1984 : Your Hands (あなたの手) (sur Borrowed Time)

Carrière cinématographique


Yoko a aussi été réalisatrice de films. Elle a fait plus d'une soixantaine de films entre 1964 et 1972. Encouragée dans cette voie par Jonas Mekas en 1964, Yoko écrit, selon le principe de ses Instructions Pieces,
des scripts de films qui interrogent la nature du médium
cinématographique : elle propose par exemple de distribuer des ciseaux
au public pour lui permettre de découper sur l'écran ses morceaux
préférés du film. « Je ne me considère pas comme une
réalisatrice, mais comme une cinéaste qui donne des instructions. Tout
le
monde peut devenir réalisateur. » affirme-t-elle avant de réaliser
quelques-uns des Fluxfilms , série de films courts rassemblés par George Maciunas dès 1966 en une oeuvre collective produite par Fluxus et présentée au festival du cinéma indépendant d'Ann Arbor aux États-Unis en 1966. Pour George Maciunas, il s'agit de films wallpaper
, tournés en 16 mm ou 8 mm, disponible à la vente par correspondance et
destinés comme du papier peint, aux murs d'un appartement où ils sont
projetés en boucle, tout autant qu'aux salles de cinéma. Par le parti
pris de leur économie de moyens, ces films sont dans le droit fil de la
tendance minimaliste réductiviste qui allait marquer l'avant-garde
américaine, tels ceux de George Landow et Paul Sharits. La plupart d'entre eux sont tournés avec la caméra ultrarapide que George Maciunas avait empruntée au cinéaste underground Ed Emshwiller.
Les films de Yoko s'inscrivent dans l'esthétique antispectaculaire
de Fluxus, inventaire de gestes fugitifs, imperceptibles, manifestation
anodines dont elle dévoile le mystère, avec des plans séquence étirés
lors de la projection au moyen d'un extrême ralenti. On ne peut pas
parler d'action mais plutôt de la captation d'un mouvement, d'un
fragment de vie : le clignement d'un oeil dans Eye Blink , une allumette qui se consume dans One
, auxquels Yoko confère monumentalité et intemporalité. Cet oeil qui
s'ouvre et qui regarde le spectateur introduit une mise en abyme
métaphorique du regard. L'oeil sur l'écran est filmé par l'oeil de la
caméra et regarde l'oeil du spectateur, dans un effet de miroir.
En 1967, Yoko tourne Four (Bottoms)
qui acquiert, par le scandale des postérieurs qu'il met en scène, une
certaine notoriété, rééditant les scandales qui avaient accompagné
trois ans auparavant la sortie de Flaming Creatures de Jack Smith et Sleep d'Andy Warhol.
Ce film avait pour ambition d'être un calendrier de 365 paires de
fesses portées par les plus grandes figures de l'avant-garde telles que
Philip Corner, Ben Patterson et Carolee Schneemann, filmées en gros plan. Au-delà de ce qui pourrait apparaître comme une provocation nourrie de l'esprit et de l'utopie des années 1960,
ce film affirme un principe visuel très construit, et le titre Four
détermine le cadrage de la composition sur ces fesses paradoxalement
dématérialisées en un quadrillage abstrait. « Dans
une cinquantaine d'années, c'est-à-dire, vu d'ici, dans dix siècles,
les gens verront des films des années 1960. Ils en viendront au Film
n°4, verront cette soudaine invasion de postérieurs et se rendront
compte que ces postérieurs appartenaient au petit monde de la scène
londonienne. Et j'espère qu'ils observeront ainsi que les sixties
n'étaient pas seulement une ère à archiver, mais aussi une époque de
rires. Ce film, en fait, ressemble à une pétition sans objet que tout
le monde aurait signé de l'anus. La prochaine fois que nous voudrons
lancer un appel, nous enverrons ce film en guise de liste des
signataires. » plaisante avec provocation Yoko en 1967, en une réponse acérée à la commission de censure qui sanctionna le film.
Ayant milité pour la paix et la défense des droits de la femme, Yoko
a également figuré au générique de plusieurs films sur la maltraitance
des femmes dont Satan's Bed, sortie en 1965.
Filmographie



  • 1965 : Cut Piece (9 minutes)
  • 1966 : Eye Blink (5 minutes)
  • 1966 : Bottoms (5½ minutes)
  • 1966 : Match (5 minutes)
  • 1967 : Wrapping Piece (approx. 20 minutes., musique de Delia Derbyshire)
  • 1967 : Film No. 4 (Bottoms) (80 minutes)
  • 1967 : Bottoms, advertisement/commercial (approx. 2 minutes)
  • 1968 : Two Virgins (approx. 20 minutes)
  • 1968 : Film No. Five (Smile) (51 minutes)
  • 1969 : Rape (77 minutes)
  • 1969 : Bed-In (74 minutes)
  • 1970 : Let It Be (81 minutes)
  • 1970 : Apotheosis (18½ minutes)
  • 1970 : Freedom (1 minute)
  • 1971 : Sweet Toronto/Keep A Knockin' (70 minutes)
  • 1971 : Fly (25 minutes)
  • 1971 : Making of Fly (approx. 30 minutes)
  • 1971 : Erection (20 minutes)
  • 1971 : Imagine (70 minutes)
  • 1971 : Sisters O Sisters (4 minutes)
  • 1971 : Luck of the Irish (approx. 4 minutes)
  • 1972 : Flipside (TV show) (approx. 25 minutes)
  • 1972 : Live In New York City (approx. 50 minutes)
  • 1984 : Then & Now (58 minutes)
  • 2000 : Blueprint for the Sunrise (28 minutes)

Personnalité et autres activités


Activisme politique


Depuis le début des années 1960,
Yoko a milité pour la paix et la défense des droits de la femme. Après
leur mariage, John et Yoko utilisèrent leur célébrité pour promouvoir
la cause qu'ils défendent « la paix dans le monde » avec leur célèbre Bed-In durant leur lune de miel à l'Hilton Hôtel, à Amsterdam en mars 1969.
Les médias du monde entier les tournèrent en ridicule, mais en parlant
de l'événement, la presse évoque systématiquement le message du couple
à propos de la paix mondiale. Le « Bed-In » de Montréal, en mai 1969, eu pour conséquence l'enregistrement de leur premier simple Give Peace A Chance, un hymne pacifiste composé par le couple.
D'autres prestations du couple incluent le Bagism. Présenté à Vienne et inventé par Yoko en 1962,
le Bagism permettait, en étant caché à la vue des spectateurs, de
stimuler leur imagination et, en dissimulant les apparences
extérieures, de rendre accessible la réalité intérieure. John et Yoko
réalisèrent plusieurs performances de Bagism entre 1968 et 1971. Le sac devient également le symbole de leur désir d'intimité et une contestation du racisme.
Dans les années 1970, John et Yoko participèrent à de nombreuses
manifestations politiques en faveur de diverses personnalités comme Bobby Seale, Jerry Rubin, Michael X, John Sinclair (pour qui ils ont organisé un concert après qu'il fut emprisonné), Angela Davis, Kate Millett et David Peel. Le 11 décembre 1971, le couple se produisit aux côtés de Stevie Wonder, Phil Ochs et Commander Cody,
entre autres, lors d'une manifestation à Ann Arbor, Michigan, contre
l'incarcération de John Sinclair, le leader du White Panther Party.
Arrêté pour détention de deux joints de marijuana, Sinclair est
condamné à dix ans de réclusion en juillet 1969. Le 11 décembre 1971
marque le point culminant de la bataille juridique en faveur de sa
libération. A cette occasion, fut organisé le John Sinclair Freedom
Rally , concert donné à la Crisler Arena, à Ann Arbor, Michigan devant
un
public de 50 000 personnes. Ils sont apparus dans l'émission Mike
Douglas Show qu'ils co-présentèrent pendant une semaine et où Yoko a
beaucoup parlé de sujets traitant sur le racisme et le sexisme.
Yoko est restée très franche dans son appui du féminisme, et
ouvertement amère au sujet du racisme qu'elle avait éprouvé des fans de
rock, plus particulièrement au Royaume-Uni.
En 2002,
Yoko a inauguré sa propre récompense de paix en donnant $50.000
(£31,900) aux artistes vivants dans les régions en conflits. Les
artistes israéliens et palestiniens étaient les premiers destinataires.
En 2004, Yoko refit sa chanson Everyman... Everywoman... pour soutenir les mariages homosexuels
et changea les vers « Every Man Has A Woman Who Loves Him » en « Every
Man Has A Man Who Loves Him » et « Every Woman Has A Woman Who Loves
Her. »
Le 14 février 2003,
le jour de la St-Valentin et la veille de l'invasion irakienne par les
Américains et les Anglais, Yoko entendit parler d'un couple menant une
protestation au lit dans leur chambre à coucher à Addingham dans le
West Yorkshire, en Angleterre. Elle envoya des fleurs au couple Andrew et Christine Gale et leur souhaita le meilleur pour leur campagne.
Le 5 janvier 2008, Yoko inventa une publicité qui sorti dans l'édition du New York Times où il y avait écrit tout simplement IMAGINE PEACE (Imaginez la paix).
Relations avec Paul McCartney


Yoko a de temps en temps discuté avec le Beatle Paul McCartney au sujet des crédits d'écriture pour beaucoup de chansons des Beatles.
Quand les Beatles étaient encore ensemble, chaque chanson écrite par
Lennon ou McCartney, indépendamment de celles qui apparaissent sur le
premier album du groupe Please Please Me
étaient créditées comme Lennon-McCartney, si la chanson était une
collaboration ou un projet solo. Après la mort de Lennon, McCartney
essaya de changer l'ordre en McCartney-Lennon pour des chansons telles
que Yesterday
et seulement si elles avaient été écrites par lui-même, mais Yoko ne le
lui permit pas. Elle dit qu'elle pensait que ceci casserait l'accord
que les deux avaient conclu tandis que Lennon était encore vivant.
Cependant, McCartney a déclaré qu'un tel accord n'avait jamais existé.
Les deux autres Beatles
ont convenu que les crédits devaient rester les mêmes car ils l'avaient
toujours été ainsi et Paul retira sa demande. Cependant, une dispute
refit surface en 2002. Sur son album enregistré en live, Back In The World, 19 chansons des Beatles sont décrites comme étant écrites par Paul McCartney et John Lennon.
Cependant, sur certains albums réalisés en solo, la mention
Lennon-McCartney a également été modifiée pour des chansons des
Beatles.
En 1976, Paul sorti un autre album live intitulé ''Wings Over America''
dans lequel plusieurs chansons des Beatles sont créditées de cette
manière : ''P. McCartney - J. Lennon''. De même en 1998 sur The John Lennon Anthology et Lennon Legend, les crédits de la chanson Give Peace A Chance sont attribués uniquement à John Lennon, au lieu des originaux qui étaient: Lennon-McCartney.
En 1995, McCartney et sa famille collaborèrent avec Yoko et Sean Lennon pour créer le morceau ''Hiroshima Sky is Always Blue''
pour commémorer le cinquantième anniversaire de la chute d'une bombe
atomique sur la ville japonaise. Au sujet de Yoko, McCartney déclara :
'' J'ai pensé qu'elle était une femme froide. J'ai pensé
négativement, elle est juste l'opposé. Je pense qu'elle est simplement
plus déterminée que la plupart des personnes pour être elle-même.''. McCartney n'invitera pas Yoko aux funérailles de sa femme Linda McCartney en 1998.
Le 18 octobre 2001, lorsque McCartney parla de Yoko durant l'émission ''The Howard Stern Show'', il dit : ''Nous
n'avons jamais eu la meilleure relation du monde, ça s'est sûr. Mais
nous
oublions complètement ça quand nous devons être ensemble.''. Il admit
plus tard qu'il serait peu disposé à parler du traitement de Julian Lennon, craignant qu'il ne blesse leur rapport d'affaires.
Critiques


Sa relation avec Cynthia Powell (première épouse de John Lennon)
reste tendue. Dans une récente interview de la BBC, Cynthia Powell a
déclaré que le comportement de Yoko envers Julian Lennon après la mort de son père est honteux. Dans sa biographie publiée en 2006,
Cynthia Lennon décrit Yoko comme une femme égoïste et rancunière.
Cynthia établit un parallèle entre son rapport avec Yoko et celui avec
sa tante Mimi Smith qui l'a élevé dans son enfance.
Sa fille Kyoko Chan Cox


Kyoko Chan Cox, née le 3 août 1963,
est la fille de Yoko et du cinéaste Anthony Cox et la demi-soeur de
Sean Lennon. Kyoko a passé ses premières années entourées par une série
d'artistes, musiciens, et réalisateurs de film. Anthony Cox l'éleva
seul de 1965 à 1969 après que Yoko l'a laissé tomber. Ils divorcèrent en février 1969.
En 1971, tout en étudiant avec le gourou Maharishi Mahesh Yogi à Majorque,
Cox accusait Yoko d'avoir enlevé Kyoko dans son hôtel. Un grand nombre
d'accusations ont été alors faites par les parents vers l'un et l'autre
et sur les droits de la garde parentale. Cox s'est par la suite
installé à Houston, au Texas et se convertit au christianisme évangélique avec sa nouvelle épouse, qui venait à l'origine de Houston. À la fin de 1971,
une audition de garde à Houston alla à l'encontre de Cox. En violation
de l'ordre, il enlèva Kyoko et disparut. Yoko se lança alors à la
recherche de sa fille à l'aide de la police et d'investigateurs privés.
Yoko
écrivit une chanson au sujet de sa fille, Don't Worry Kyoko (Mummy's
Only Looking For Her Hand In The Snow), qui apparut sur l'album live de
John et Yoko, Live Peace In Toronto 1969 et en face B du single du
Plastic Ono Band, Cold Turkey.
Cox se réfugia à Los Angeles où il vécut avec un ami qui était associé à l'église Church Of The Living Word. Il rejoint le groupe en 1972 et vécut par la suite dans diverses communautés liées au groupe en Californie. En 1977, Cox quitta le groupe. En 1978, il resta avec Kyoko dans la communauté du Jesus People USA à Chicago.
Après le meurtre de John Lennon le 8 décembre 1980,
Cox avec Kyoko (qui avait alors dix-sept ans) envoya un message de
sympathie à Yoko mais ne lui indiqua pas leur adresse. Plus tard, Yoko
écrira une lettre ouverte à l'attention de Kyoko en lui disant combien
elle lui manquait mais qu'elle cessait ses tentatives pour la retrouver.
Kyoko réapparut en 1986
où elle participa, en tant que productrice associée, à un film
documentaire de Cox au sujet de sa participation au sein de la « Church
Of The Living Word » intitulé, Vain Glory. Cox refit surface en public la même année, mais Kyoko ne le fit pas.
En 1994, Kyoko, alors adulte et mariée, rétablit une relation avec sa mère qui aura pour conséquence une réunion en 2001.
La fille de Kyoko, Emi, rencontra alors sa grand-mère pour la première
fois. Bien que Kyoko évite la publicité, elle accorda tout de même une
interview où elle déclara que ses retrouvailles avec Yoko étaient très
heureuses et qu'ils restaient régulièrement en contact depuis ce jour.
Kyoko a fait une rare apparition en public en août 2005 à l'ouverture de la pièce musicale Lennon, The Musical.
Kyoko vit actuellement dans le Colorado. Elle se consacre à sa famille tout en poursuivant sa carrière en tant qu'artiste.
Bibliographie



  • 1970 : Grapefruit: A Book of Instructions and Drawings
  • 1983 : Summer Of 1980
  • 1990 : The John Lennon Family Album
  • 1995 : Instruction Paintings
  • 1995 : Sometimes in New-York City (Genesis Publications)
  • 1998 : Grapefruit Juice
  • 2000 : Yes Yoko Ono
  • 2005 : Odyssey Of A Cockroach
  • 2005 : Imagine Yoko
  • 2005 : Memories Of John Lennon
  • 2005 : John Lennon Unfinished Music

Awards et Nominations



  • 1982 : Yoko reçoit un Grammy Award dans la catégorie « meilleur album de l'année » pour « Double Fantasy »
  • 2001
    : Yoko reçoit un Grammy Award The Best Long Of Music Video pour la
    production du film-documentaire Gimme Some Truth: The Makin Of John
    Lennon Imagine's album.

Références



  • « L'intégrale Beatles » (les secrets de toutes leurs chansons), de Steve Turner, aux édtions « Presses de la Cité » (2006).
  • « The Beatles Anthology », par les Beatles, aux éditions du « Seuil » (2000).
  • «
    Les Beatles et la France sont des mots qui vont très bien ensemble »,
    de Thierry Liesenfeld, aux éditions « Le Castor Astral » (2005).
  • « Fluxfriends George Maciunas, Yoko Ono, John Lennon » de Jonas Mekas, aux éditions « Éditions du Centre Pompidou » (2002).
  • « Pamplemousse » de Yoko Ono, aux éditions « Textuel » (2004).

_________________
I'd like to say "thank you" on behalf of the group
and ourselves and I hope we passed the audition!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beatlesmania.keuf.net
 
Biographie de Yoko Ono.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une biographie de MIKA en Mars 2010 !!!!!!!
» Biographie/ chroniques/catalogue
» Felice Romani ( Biographie )
» BIOGRAPHIE
» John Lennon & Yoko Ono : Sometime In New York City (1972)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Yoko Ono :: Biographie-
Sauter vers: